« Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire, les choix budgétaires ne doivent pas se faire, ne peuvent pas se faire – et nous le savons tous – au détriment des enjeux de sécurité alimentaire et de son corollaire, la souveraineté alimentaire.

Oui, les Européens évoluent dans leurs modes de consommation, et oui, les modes de production doivent évoluer encore plus pour garantir aux 500 millions d’Européens une alimentation saine, synonyme de bonne santé pour aujourd’hui et pour demain. Oui, l’agriculture doit évoluer pour être actrice de l’enjeu climatique, mais aussi celui des migrations. Oui, l’agriculture doit préserver notre sol, notre air, notre eau.

Mais pour faire évoluer les pratiques agricoles, il faut avant tout sécuriser le revenu des agriculteurs et pour ce faire, il faut que le budget de la PAC soit maintenu, comme celui de la cohésion. Nous ne pouvons pas demander au monde agricole de changer en supprimant les moyens dédiés au moment où, dans les autres États-continents, les moyens donnés à l’agriculture et à l’alimentation progressent.

Merci, Monsieur le Commissaire, de nous aider à convaincre le Conseil de la nécessité d’un budget ambitieux ».