Retrouvez la question parlementaire relative à la question du chlordécone, adressée ce jour par les eurodéputés PS Eric ANDRIEU et Louis-Joseph MANSCOUR à la Commission européenne, et dans laquelle ils demandent à Bruxelles d’abaisser les seuils maximum de résidus (LMR) de ce pesticide et d’étendre la réglementation actuelle aux poissons et crustacés.

 

Pour les eurodéputés PS Eric ANDRIEU et Louis-Joseph MANSCOUR:

« Le règlement européen actuel ne fixe aucune LMR pour les poissons, produits à base de poisson, crustacés, mollusques et autres produits de la pêche en mer ou en eau douce, ceci est très préoccupant étant donné que l’on retrouve de hautes concentrations de résidus de chlordécone dans ces aliments lorsqu’ils proviennent de zones contaminées. »

Or,« L’UE importe des produits où le chlordécone a été utilisé, notamment en provenance des Antilles, du Cameroun, de la Côte d’ivoire et d’Amérique du sud. La réintroduction sur le marché européen de ces produits représente donc un danger pour la santé des consommateurs européens. Il est urgent d’agir et de modifier la législation actuelle. »

 

Contexte:

Le chlordécone est la matière active d’un pesticide organochloré qui a été autorisé entre 1972 et 1993 aux Antilles françaises pour lutter contre le charançon du bananier. Alors qu’elle a été prohibée dès la fin des années 1970 aux États-Unis, cette substance n’a été interdite en France qu’en 1990 et utilisée jusqu’en 1993 aux Antilles par dérogation.

Le chlordécone est aujourd’hui le pesticide le plus répandu dans les cours d’eau antillais, et d’après des scientifiques de l’Inserm, environ 90% des antillais seraient contaminés, situation inédite qui fait que des épidémiologistes, des généticiens, des cancérologues, et des spécialistes du monde entier s’y intéressent. Les antillais détiennent le record du monde de cancer de la prostate.

Ce véritable poison, extrêmement néfaste tant pour la santé humaine que pour l’environnement, produira des effets sur plusieurs générations.

Afin d’assurer un degré élevé de protection des consommateurs, le droit européen a établi en 2005 des dispositions communautaires harmonisées relatives aux limites maximales applicables aux résidus de pesticides présents dans ou sur les denrées alimentaires et les aliments pour animaux d’origine végétale et animale. Celles-ci sont inscrites dans le règlement européen 396/2005[1].  Les Limites Maximales de Résidus (LMR) pour le chlordécone actuellement en vigueur ont été fixées en 2008[2] et sont inscrites à l’annexe III, Partie A du règlement européen 396/2005[3].

Pour les denrées végétales, la teneur maximale autorisée pour le chlordécone est limitée, pour certains produits, à 0.01mg/kg (ce qui correspond au seuil de détection et donc à la norme la plus stricte possible), mais le plus souvent elle est de 0.02mg/kg. Par ailleurs, en ce qui concerne les produits d’origine animale, le règlement 2008/839 a fixé les LMR à 0,1mg/kg voir 0,2mg/kg (pour la volaille) pour la viande et à 0,02 pour les autres produits dérivés des animaux (lait, miel, …).

Le règlement européen actuel ne fixe aucune LMR  pour les poissons, produits à base de poisson, crustacés, mollusques et autres produits de la pêche en mer ou en eau douce, ceci est très préoccupant étant donné que l’on retrouve de hautes concentrations de résidus de chlordécone dans ces aliments lorsqu’ils proviennent de zones contaminées.

 

 


 

Question à la commission européenne

 

Sujet : Le chlordécone

Les Limites Maximales de Résidus (LMR) pour le pesticide chlordécone ont été fixées par le règlement européen 396/2005[3].

Pour les denrées végétales, la teneur maximale autorisée pour le chlordécone est pour certains produits 0.01mg/kg (ce qui correspond au seuil de détection et donc à la norme la plus stricte possible), mais le plus souvent elle est de 0.02mg/kg. Par ailleurs, en ce qui concerne les produits d’origine animale, le règlement 2008/839 a fixé les LMR à 0,1mg/kg voir 0,2mg/kg (pour la volaille) pour la viande et à 0,02 pour les autres produits dérivés des animaux (lait, miel, …).Le règlement ne fixe en revanche aucune LMR pour les poissons, produits à base de poisson, crustacés, mollusques et autres produits de la pêche en mer ou en eau douce, ceci est très surprenant étant donné que l’on retrouve de haute concentration de résidus de chlordécone dans ces aliments lorsqu’ils proviennent de zones contaminées.

L’UE importe des produits où la chlordécone a été introduit notamment des Antilles, du Cameroun, de la Côte d’ivoire et d’Amérique du sud. La réintroduction sur le marché européen de ces produits représente donc un danger pour la totalité des consommateurs européens.

La Commission prévoit-elle de modifier le règlement 839/2008 afin que les LMR de Chlordécone soient fixés à 0,01 pour tous les produits animaux et végétaux ?