Communiqué de presse d’Eric Andrieu – 29/10/2015

Le Senat de droite n’en veut pas!

En adoptant à 180 voix contre 155, la motion préalable de rejet du projet de loi constitutionnel sur la ratification de la Charte européenne des langues régionales le Sénat a une nouvelle fois enkysté le débat franco français sur la ratification de ce texte, pourtant signé par la France en 1999. Je le regrette profondément. Cette posture de la droite, et de quelques supplétifs RDSE, enfermés dans un conservatisme d’un autre temps est désolante et purement politicienne.

J’ai toujours considéré la préservation, le développement et la transmission des langues régionales ou minoritaires, en France, en Europe et partout dans le monde comme un devoir et une responsabilité envers les générations futures.

En 2015 l’argument selon lequel les langues régionales porteraient atteintes à l’unité de la République est absurde. Les poilus de 14 appelés pour défendre leur pays et la République parlaient tous des langues régionales différentes. Se sentaient-ils moins français ? Le sang versé pour leur pays prouve le contraire.
N’en déplaise à certains, l’identité française, repose aussi sur la multiplicité des langues, des cultures et traditions de ses citoyens. Ce « vivre ensemble » qui fait aujourd’hui nation, comme le « paratge », concepts forgé par les troubadours occitan est plus que jamais d’actualité.

Il est de la responsabilité du législateur, sans préjudice du rôle du français, de donner dans notre République un réel statut juridique aux langues leur assurant des conditions effectives de transmission et de mise en valeur. A défaut, ce patrimoine immatériel de l’humanité disparaitra.