L’eurodéputé Eric Andrieu s’inquiète d’un vote du Parlement européen qui met à mal le principe de précaution pourtant garantit par les traités.

Strasbourg – Mercredi 16 avril, le Parlement européen a adopté ses propositions pour le programme Horizon Europe destiné au développement de la recherche dans l’Union. En catimini, sous la pression de l’industrie, plusieurs amendements ont été déposés et votés pour consacrer un certain « principe d’innovation ». Ce que dénonce l’eurodéputé PS Eric Andrieu : « C’est la première apparition légale du « principe d’innovation », qui n’est autre qu’un outil législatif anti-mesures de précaution proposé par les lobbyistes des énergies fossiles, du tabac et de l’agrochimie contre lesquelles nous nous battons quotidiennement. »

Pour le Président de la commission d’enquête sur les Pesticides : « L’application de ce « principe d’innovation » défendu principalement par la droite conservatrice et libérale est diamétralement opposé au principe de précaution que nous défendons. Pire, cela risque de favoriser la mise sur le marché de produits dangereux pour la santé des 500 millions de citoyens, voire même, dans ce cas précis, de les financer avec les fonds européens de recherche pour peu qu’ils soient nouveaux. »

« À l’heure où les scandales sanitaires et les controverses scientifiques sur la toxicité de certaines substances se multiplient, il est urgent de garantir une stricte application du principe de précaution, comme le prévoit d’ailleurs les Traités européens. » conclut Eric Andrieu.

L’article 191 paragraphe 2 TFUE stipule, « La politique de l’Union dans le domaine de l’environnement vise un niveau de protection élevé » et « est fondée sur les principes de précaution et d’action préventive et sur le principe du pollueur-payeur. »

Contact presse : Raphaël Delarue : + 32 486 359 463