Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen – 22/10/2014

Le Parlement européen a approuvé aujourd’hui la Commission Juncker. Qu’ils aient voté en faveur ou pas, les membres de la délégation partagent tous le même objectif : réorienter l’Europe. Depuis le 25 mai, tous les membres de la délégation, en responsabilité, ont travaillé pour enrichir le programme de travail de la Commission autour de la valeur ajoutée du projet européen.

Les citoyens doivent, pour nous, être au cœur des politiques menées par l’Europe ; nous devons impérativement offrir des perspectives et un avenir à la jeunesse européenne. Pour cela, nos urgences sont connues : le plan d’investissements de 300 milliards d’euros que nous avons imposé dans le débat et qui est un minimum qui ne peut pas être considéré comme un reçu pour solde de tout compte.

La transition énergétique et écologique qui doit devenir réalité avec le paquet énergie-climat, la taxe sur les transactions financières, l’indispensable dimension sociale des politiques économiques, les flexibilités du Pacte de stabilité… Sur l’ensemble de ces projets, nous resterons en pointe d’un combat contre l’austérité, pour l’investissement public et l’amorce de l’harmonisation sociale. Chacune de nos voix sera âprement négociée car aucune n’est acquise et nous utiliserons tous les leviers dont nous disposons pour réorienter l’Union vers plus de croissance, de justice, de solidarité.

Cela ne peut pas être que des mots, c’est pour cette raison que nous plaçons la Commission sous surveillance renforcée, et n’hésiterons pas à demander sa censure si les actes ne sont pas en adéquation avec les engagements pris par M. Juncker devant nous et ne répondent pas à l’urgence.

Dans notre programme comme dans notre soutien aux Commissaires sur lesquels nous comptons le plus, les Socialistes et d’abord Frans Timmermans et Pierre Moscovici, nous serons intransigeants sur la réorientation de l’Europe afin qu’elle se rapproche des citoyens Européens, qu’elle redonne l’espoir, qu’elle fixe une perspective et qu’elle redevienne la solution.

En cliquant ici, retrouvez l’ensemble de la procédure de mise en place de la nouvelle Commission européenne: désignation du Président, répartition des portefeuilles, auditions et vote d’investiture final.