Communiqué de presse d’Eric Andrieu – 14/03/2016

S’il se félicite des mesures annoncées par Phil Hogan, l’eurodéputé socialiste appelle la Commission européenne à sortir d’une politique agricole commune strictement concurrentielle.

Bruxelles- La Commission européenne s’est dite disposée lundi à autoriser des réductions temporaires de la production dans le secteur laitier en crise, une dérogation provisoire aux règles de la concurrence que réclamait notamment la France, via notamment l’utilisation de l’article 222 de l’OCM unique.

« C’est la preuve que quand elle veut, elle peut! », s’est félicité Eric Andrieu qui réclamait depuis des mois des mesures fortes de la Commission européenne.

« Il était temps que le Commissaire à l’Agriculture entende le désespoir des agriculteurs français, qui est aussi celui de millions d’agriculteurs européens », souligne Eric Andrieu.

Sur la gestion volontaire de la production, l’augmentation des plafonds de stockages pour le lait en poudre et le beurre, la mise en place d’un Observatoire européen de la viande, ou encore la réouverture d’une aide au stockage privée pour la viande porcine, le député européen s’est dit satisfait des mesures annoncées par la commissaire à l’Agriculture.

« C’est ce que nous réclamions depuis des mois! », souligne l’eurodéputé du Sud-Ouest.

Le Vice-président de la Commission Agriculture du Parlement européen reste cependant « prudent quant aux modalités qui accompagneront ces premières propositions », rappelant que leur application reste subordonnée à la coopération des autres États membres au sein du Conseil; « Tout va dépendre maintenant de la bonne volonté des 28 à jouer le jeu de la solidarité européenne! »

Avant de rappeler: « Ce n’est hélas pas suffisant pour pouvoir garantir à moyen terme une stabilité des prix. Il faut sortir d’une politique agricole commune basée uniquement sur la concurrence. Nous avons besoin d’une PAC qui soit plus structurante et remettre les agriculteurs au cœur du projet européen. »

Le 14 mars 2016