Communiqué de presse d’Eric Andrieu : 23/09/2015

Après l’accord entre les ministres de l’intérieur de l’Union européenne sur l’accueil de 120 000 migrants au sein de l’Union Européenne, je ne peux que déplorer le comportement irresponsable et démagogique de la Slovaquie, de la Roumanie, de la Hongrie et de la République Tchèque qui ont voté contre l’accueil nécessaire et indispensable des réfugiés. Au prisme de la situation exceptionnelle à laquelle l’Europe doit répondre dans l’urgence, nous constatons que les valeurs qui sont aux fondements de la construction européenne, et que chaque nouvel entrant doit faire siennes, n’ont pas le même écho dans les cultures politiques de ces ex pays de l’Est. Je le constate une fois encore, et le regrette.

Je me félicite cependant que la Commission ait enfin réagit et lancé quarante procédures d’infraction contre dix-neuf pays de l’Union européenne qui n’ont pas respecté la mise en place de règles européennes communes en matière de droit d’asile, mais il faut aller plus loin et ramener le débat sur les valeurs communes.

A l’exemple même des récents propos du Premier Ministre slovaque Robert Fico, et de ce qui se passe dans la Hongrie de Viktor Orban, où l’on a atteint une nouvelle étape dans l’ignominie la plus totale (autorisation de tir sur les migrants, barrières de barbelés aux frontières), il est temps que les responsables européens réagissent politiquement et prenne les sanctions fermes et adaptées face aux agissements révoltants de Budapest. L’article 7 du traité de Lisbonne qui permet de suspendre certains droits donne les moyens à l’Union de sanctionner les dérives des Etats membres qui s’abandonneraient à passer outre les valeurs de l’Union, il doit être activé.

La vision que je me fais de l’Europe démocratique ne peut tolérer la dérive fascisante de Monsieur Orban.

C’est la raison pour laquelle, j’ose espérer que le Parti Populaire Européen prendra ses distances avec son parti, le Fidesz et appelle nos dirigeants à réaffirmer avec force et fermeté nos principes de solidarité et de démocratie contre la dérive nationaliste, populiste et raciste. Pour une Europe unie sur les valeurs et efficace, il faut agir collectivement, fermement, et vite !