Eric Andrieu : « En ces temps agités, Michel Rocard, par la justesse de ses analyses, était comme un phare dans la tempête. L’Europe perd une de ses lumières ».

***************************

C’est avec tristesse et émotion que les eurodéputés socialistes et radicaux ont pris connaissance de la disparition de Michel Rocard. Son histoire est intimement liée à celle de la gauche française, du Parti socialiste et de la sociale-démocratie européenne.

Député européen de 1994 à 2009, il a profondément marqué le Parlement européen et en particulier les socialistes européens par sa combativité, sa vision et son courage politique. Nous perdons un ami, un camarade, dont la voix manquera sur l’avenir de l’Europe.

Michel Rocard appartient à la catégorie rare des anciens ministres et premier ministre qui n’ont pas hésité une seconde à assumer pleinement leur mandat d’eurodéputé : nous retenons parmi tant d’autres batailles menées, celle visionnaire sur les brevets logiciels ou les objectifs du millénaire pour le développement.

Libre de toute idéologie, avec ce goût absolu de toujours restituer les problèmes dans leur contexte historique et doté d’un franc parler hors du commun, sa capacité à faire sauter les tabous et révolutionner le regard porté sur une crise doit nous servir de guide à l’heure où l’Union européenne est assaillie de crises multiples et où nous devons inventer le futur.