Le 11 juin dernier, le Parlement européen a adopté trois résolutions dont Eric Andrieu est signataire.

Les députés se disent préoccupés par le nombre élevé de grossesses chez les enfants au Paraguay, appelant à « l’accès à l’avortement légal et sûr » lorsque la santé et la vie des femmes ou des jeunes filles sont en danger, « lorsqu’il y a une malformation fœtale sévère et dans les cas de viol et d’inceste ». Dans des résolutions distinctes, ils appellent aussi à la protection du site de Palmyre et attirent l’attention sur la situation des enfants au Népal.

Résolution sur le Paraguay: grossesse de l’enfant et lois sur l’avortement

Les députés demandent au Paraguay de « faire en sorte que les femmes et les filles aient accès à l’avortement légal et sûr, au minimum, lorsque leur santé et leur vie sont en danger, lorsqu’il y a de graves malformations du fœtus et dans les cas de viol et d’inceste » et expriment leur forte préoccupation concernant le nombre élevé de grossesses chez les enfants au Paraguay. Ils estiment que l’interdiction générale de l’avortement thérapeutique et de l’interruption de grossesse résultant de viol et d’inceste, et le refus de fournir une couverture de santé gratuite en cas de viol « équivalent à la torture ».

Dans leur résolution, ils appellent le Conseil à inclure la question de l’avortement légal et sûr dans les lignes directrices de l’UE sur le viol et la violence contre les femmes et les filles et à demander aux dirigeants de l’UE-CELAC (Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes), réunis à Bruxelles les 10 et 11 juin d’inclure dans le plan d’action UE-CELAC pour la période 2013-2015 un calendrier pour les mesures visant à garantir la diligence raisonnable concernant la prévention, la recherche et la répression de la violence fondée sur le sexe ainsi qu’une indemnisation adéquate aux victimes.

Pour lire la résolution, cliquez ici

Résolution sur la Syrie: Palmyre et le cas de Mazen Darwish

Les députés condamnent fermement les violations horribles, systématiques et généralisées des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises par le régime al-Assad, par les terroristes appartenant à EI/Da’esh et d’autres groupes djihadistes en Syrie et désapprouvent la prise de Palmyre par l’EI/ Da’esh. Ils expriment leur préoccupation face à la situation sur le site de Palmyre et appellent à la mobilisation de toutes les ressources nécessaires pour aider les réfugiés. Les députés exigent l’arrêt immédiat de la destruction du patrimoine culturel de la Syrie et de l’Irak et prient instamment les États membres de l’UE de lancer des campagnes de sensibilisation afin de décourager l’achat et la vente illicites des biens culturels dans les zones de conflit.

Le Parlement appelle les autorités syriennes à libérer et à abandonner immédiatement et sans condition toutes les charges contre Mazen Darwish et toutes les personnes détenues et condamnées pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression et d’association, ainsi que tous les défenseurs des droits de l’homme et des militants en faveur des droits politiques.

Les députés expriment leur grande préoccupation face à la grave pénurie de financement pour les appels de fonds de l’ONU en 2014, qui a conduit à la suspension temporaire de l’aide du Programme alimentaire mondial pour les réfugiés syriens, et exhortent la communauté internationale à intensifier son financement et son assistance.

Pour lire la résolution, cliquez ici

Résolution sur la situation au Népal à la suite des tremblements de terre

Le Parlement exprime ses plus sincères condoléances à tous ceux qui sont touchés par cette terrible tragédie, y compris les familles des plus de 8 800 personnes qui ont perdu la vie au Népal, en Inde, en Chine et au Bangladesh. Il salue les efforts des institutions et de la société népalaises ainsi que l’aide rapide fournie par la Commission et les États membres et demande qu’une attention spéciale soit accordée à la situation particulièrement vulnérable des enfants.

Les députés exhortent le gouvernement du Népal à résoudre les problèmes en suspens concernant les procédures douanières de fournitures humanitaires, et à lever les soi-disant « taxes de secours » appliquées sur les fournitures humanitaires par la police locale aux frontières du Népal. Ils soulignent que le Népal, en tant que pays sortant d’un conflit, a besoin de nouveaux efforts nationaux et de soutien international dans sa transition vers la démocratie.

Pour lire la résolution, cliquez ici