Eric Andrieu est signataires de cet engagement d’Amnesty International sur l’élimination des mutilations génitales féminines dans le cadre de la prochaine campagne des européennes :

L’Union européenne est fondée sur les principes du respect des droits humains, incluant les droits des enfants et l’égalité entre les femmes et les hommes, qui sont tous inscrits dans la Charte des droits fondamentaux. En tant que défenseur des droits humains, protecteur et promoteur de la Charte des droits fondamentaux, le Parlement européen doit remplir ses engagements et jouer un rôle de premier plan dans toutes les initiatives européennes en matière de violence à l’égard des femmes et d’abandon des mutilations génitales féminines (MGF).

La Campagne européenne « END FGM » appelle les futur-e-s membres du Parlement européen à construire sur les fondations du travail déjà accompli dans ce domaine pour assurer la continuité dans les demandes et préoccupations exprimées par le Parlement européen.

Par conséquent, la campagne fait appel aux candidat-e-s aux élections européennes à signer cet engagement:

Si je suis élu-e, je m’engage à agir pour :

1. Assurer que l’UE maintienne son engagement à combattre la violence à l’égard les femmes et les enfants, y compris l’abandon des MGF.

2. Garantir que l’UE et ses Etats membres signent et ratifient la Convention d’Istanbul (Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, de sorte que l’engagement de l’UE soit conforme aux normes internationales visant à promouvoir une approche globale et intégrée en matière de violence à l’égard les femmes, y compris les MGF.

3. Assurer que les MGF ne soient pas invoquées comme prétexte pour réguler la migration ou encourager des sentiments et actions anti-migrants.

4. Promouvoir la consultation de la société civile, et veiller à ce que des ressources suffisantes soient affectées à des initiatives de prévention ayant fait leurs preuves auprès des communautés affectées.

5. Suivre avec les organes et agences de l’UE concernés, en particulier la Commission européenne, les progrès de la mise en oeuvre du plan d’action européen sur l’abandon des MGF.

6. Garantir que les mesures suivantes du plan d’action soient judicieusement et adéquatement mises en oeuvre :

• Favoriser une meilleure compréhension des MGF dans l’Union européenne par la collecte de données sur la prévalence de la pratique.

• Promouvoir la prévention, la protection et les mesures de soutien aux victimes, en particulier à travers des modules de formation pour les professionnels de la santé, du secteur juridique, de l’aide à la jeunesse et des services sociaux.

• Aider les États membres dans l’application des lois interdisant les MGF ainsi que dans la mise en oeuvre de la directive sur les droits des victimes.

• Faciliter la protection des femmes et des filles à risque dans le cadre législatif en vigueur de l’UE en matière d’asile; assurer que les références aux MGF sont inclues dans tous les outils de formation et dans les informations sur les pays d’origine.

• Faire en sorte que les institutions de l’UE et les États membres de l’UE promeuvent l’abandon des MGF dans tous ses dialogues avec les pays tiers.

Pour consultez le site de cette campagne, cliquez ici.