Communiqué d’Eric Andrieu – 13/07/2015

Ce matin, le Président du Conseil Européen, Donald TUSK, a annoncé qu’un accord décidé à l’unanimité venait d’être trouvé pour entamer des négociations en vue d’accorder un troisième plan d’aide à la Grèce via le Mécanisme européen de stabilité(MES).

Je me félicite de cette décision qui permet à la Grèce de rester dans la zone Euro contre l’avis de ceux qui n’avaient pour objectif que d’abandonner le peuple Grec à un destin incertain pour satisfaire leurs opinions publiques et les seules règles comptables et financières européennes.

Je tiens à saluer tout particulièrement l’action déterminée et constante du Président de la République Française qui n’a eu de cesse de rappeler le devoir de solidarité qui est au fondement de la construction européenne pour arracher cet accord aux plus frileux de nos partenaires.

Certes, cet accord ne résoudra pas tous les problèmes de la Grèce, mais il permet dès aujourd’hui, dans le respect et avec le soutien des pays de l’Union, au Premier Ministre Alexis TSIPRAS de mettre en œuvre les instruments du redressement de son pays.

Cette crise qui menace la construction européenne depuis tant de mois appelle aujourd’hui à ce que nous nous remettions tous autour de la table pour affirmer que la solidarité reste un principe fondateur, et qu’il est aujourd’hui plus que temps que nous repensions les instruments de gouvernance de l’Union.

Sans cela, la prochaine crise risque fort d’être celle de trop.