Le week-end des 15 et 16 décembre, des centaines de jeunes socialistes européens se retrouveront à Bruxelles pour déposer les pétitions « Rise-up » devant le Conseil Européen et faire entendre leur voix.
Les plénières et ateliers du samedi seront suivis par un meeting rassemblant les socialistes européens autour d’un objectif : mobiliser pour une Europe alternative, de l’emploi, de la démocratie et de l’écologie. Des dirigeants socialistes européens ainsi que des représentants de la jeunesse européenne s’y exprimeront. Le rassemblement sera suivi d’une soirée « anti-crise » dans les rues de Bruxelles.
Dimanche 16 décembre, les Jeunes Socialistes européens débattront de l’Europe sociale et déposeront symboliquement leurs pétitions au Conseil Européen pour une Europe de l’emploi, de la démocratie et de l’écologie.

Ci-dessous le texte de la pétition que vous pouvez signer en cliquant ici.

I RISE UP

Les jeunes européens subissent de plein fouet la crise économique. Nous sommes en première ligne face au chômage, à la précarité de l’emploi et la privatisation rampante de nos systèmes de soin et de protection sociale. Nous sommes les premiers à supporter la cherté des loyers, et donc la perte d’autonomie, notre génération étant ainsi forcée à vivre indéfiniment chez ses parents.

Cette situation est la conséquence directe des politiques d’austérité et du démantèlement de l’État providence imposés par les conservateurs et les libéraux en Europe, nous privant de notre avenir.

Nous disons fermement que la priorité pour l’Europe doit être la lutte contre le chômage, la préservation d’un haut niveau de protection sociale et la baisse des émissions de gaz à effet de serre. La démocratie et la volonté du peuple européen doivent avoir plus de force que les décisions des marchés, des agences de notation et de la finance.

Nous, jeunes socialistes européens, appelons le Conseil Européen et le Parlement Européen à tourner le dos à l’austérité et à agir immédiatement en faveur d’une Europe de l’emploi, de l’écologie et de la démocratie.

POUR UNE EUROPE DE L’EMPLOI, DEMOCRATIQUE ET ECOLOGISTE

  • Taxer les riches pour augmenter les recettes publiques des Etats et garantir les dépenses en matière de protection sociale et d’éducation, et mettre fin au dumping fiscal par un impôt européen minimum sur les sociétés ainsi qu’un niveau élevé d’imposition sur l’héritage.
  • Lutter contre les paradis fiscaux au niveau européen pour mettre fin à l’évasion
fiscale.
  • Désarmer la bombe du chômage des jeunes jeunes en mettant en place une « garan- tie Européenne jeunes » pour toutes les personnes de moins de 24 ans. Interdire les emplois précaires et bannir la pratique des stages non payés ou sous payés.
  • Créer de nombreux emplois, et de qualité, par la réduction du temps de travail.
  • Investir massivement dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables sur 5 ans pour créer des millions d’emplois en Europe dans la transition énergétique.
  • Protéger les travailleurs européens par un salaire minimum et des mesures contraignantes en matière d’égalité salariale femme-homme.
  • Assurer l’indépendance des États par rapport à la finance, en permettant à la Banque Centrale Européenne de leur prêter directement, au lieu d’enrichir inutilement les banques
privées, sur le dos des peuples.
  • Introduire une taxe sur les transactions financières de 0,1% pour encadrer la finance internationale et abonder le budget européen pour lutter contre le chômage par une politique de grands travaux au niveau européen.
  • Rendre l’Union Européenne démocratique en mettant sur pied d’égalité le Parlement Européen, seule institution directement élue par le peuple européen, et les Etats.