De nouvelles raisons d’organiser une Commission d’enquête parlementaire.

Bruxelles – De nombreux eurodéputés réclament, depuis plus d’un an, via des courriers, des interpellations politiques ou médiatiques l’accès total aux données sur lesquelles se basent les agences européennes EFSA et ECHA pour poser son diagnostic.

Élément nouveau : le Docteur Christopher J. Portier, expert international dans la conception, l’analyse et l’interprétation de données de santé environnementales et liée au cancer, a fait sa propre analyse sur le Glyphosate. Une lettre signée du Docteur Portier, avec le soutien de plusieurs Eurodéputés, a été envoyée au Président Juncker et aux directeurs des agences avec le détail de ses conclusions pour suivi.

« Ses résultats sont accablants » estiment Marc Tarabella et Eric Andrieu, Eurodéputés PS, qui demandent depuis des semaines une Commission d’enquête sur les MonsantoPapers.

8 facteurs cancérigènes non répertoriés

« J’ai trouvé huit cas de hausses significatives de la fréquence de tumeurs qui n’apparaissent dans aucune des publications ou des évaluations officielles présentées par l’EFSA et l’ECHA » écrit le chercheur en page 2 de sa lettre adressée au Président de la Commission européenne.

« Cela nous conforte dans l’idée qu’il faille prôner le principe de précaution : tant que nous ne sommes pas sûrs que le produit soit inoffensif, on ne peut donner l’autorisation de l’utiliser : les citoyens ne sont pas des cobayes ! » tempête Marc Tarabella, en charge de la Protection des consommateurs et de l’agriculture au Parlement européen.

« Ce nouveau témoignage mettant en lumière les dangers du glyphosate vient télescoper l’annonce la semaine passée de la Commission européenne elle-même expliquant, à la surprise générale que, selon elle le dossier était clos » rajoute Eric Andrieu.

Pourtant : Prolongation de 10 ans

Pour rappel, les États membres seront appelés à se prononcer d’ici peu, sur recommandation de la Commission européenne, sur le renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour 10 années supplémentaires. Les sociaux-démocrates européens ont d’ores et déjà demandé un débat public sur la question ainsi qu’une audition au Parlement européen avec les différents acteurs de cette triste pièce et une Commission d’enquête pour déterminer les responsabilités de chacun.

Les deux membres de la Commission Agriculture du Parlement européen reprochent à la Commission européenne de « balayer d’un revers de bras les révélations apportées par le scandale des Monsanto papers et le litige en cours aux États-Unis changent dans le but de couvrir les agences européennes pourtant pointées du doigt à de nombreuse reprises. »

Les deux eurodéputés socialistes dénoncent la confiance aveugle de la Commission européenne et de son président dans l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA). « Quand on sait que les travaux de ces agences se sont appuyés sur des études parrainées par Monsanto pour leur évaluation de la sécurité du glyphosate, on ne peut pas ne pas s’interroger ! » estiment les deux députés européens qui réclament plus de transparence et la mise à disposition publique des études scientifiques.

« La décision concernant le renouvellement de l’approbation du glyphosate, comme de tous les autres produits en circulation DOIT être fondée sur des résultats scientifiques crédibles et indépendants. Il est aussi déterminant que la TRANSPARENCE devienne la règle autour de ses études» concluent les Eurodéputés socialistes Tarabella et Andrieu.

Contact presse :

Raphaël Delarue, Assistant parlementaire d’Eric Andrieu : + 32 486 359 463