Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, je remercie tout d’abord Nicola Caputo pour ce très bon rapport. La population agricole européenne ne se renouvelle pas. C’est le constat qui est fait et il n’est pas nouveau, malheureusement.

Depuis plus de 50 ans, le développement agricole, appuyé par la PAC, a favorisé la concentration et l’agrandissement des exploitations et a conduit à une forte capitalisation qui a rendu certaines exploitations difficilement transmissibles. Or, la question du renouvellement des générations – on le voit aujourd’hui – est un problème crucial pour notre sécurité alimentaire et il l’est également si l’on veut maintenir des territoires vivants.

Face à ce défi majeur, nous devons mettre en place une politique volontariste, qui combine des instruments européens avec des dispositifs nationaux, afin de garantir un meilleur accès aux terres, au financement et à la formation. L’entrée de jeunes dans l’agriculture est un élément de dynamisme et d’innovation essentiel si nous voulons favoriser une mutation de nos modèles agricoles. Il faut le dire avec force, comme le fait Nicola Caputo.

Le renouvellement des générations est non seulement souhaitable, non seulement possible, mais il est essentiel, Monsieur le Commissaire. Merci d’un tenir compte dans votre proposition législative.