Pages Navigation Menu

Site d'Eric Andrieu - Député européen

Le Ministre de l’Agriculture dans l’Aude : Pompier, médecin ou fossoyeur ?

Le Ministre de l’Agriculture dans l’Aude : Pompier, médecin ou fossoyeur ?

Alors que le Ministre de l’Agriculture vient d’inscrire in extremis à son agenda une étape Audoise le 15 juin prochain, l’Eurodéputé Eric ANDRIEU s’interroge sur la signification et la portée de ce déplacement.

 

NARBONNE le 12 juin 2018 – Le Ministre de l’Agriculture a décidé de prolonger par une étape audoise un déplacement prévu dans le département de l’Hérault dans le cadre des Assises de la pêche et des produits de la mer. Eric ANDRIEU, Porte-parole des sociaux-démocrates à l’Agriculture et au Développement rural souhaite y voir la volonté du Ministre de faire un pas en direction des agriculteurs et des élus du département qui s’insurgent depuis des mois contre la sortie de la Piège et du Razès de la carte des zones défavorisées.

Pour Eric ANDRIEU, « le Ministre de l’Agriculture doit absolument aller sur le territoire de la Piège et du Razès constater avec les acteurs les conséquences catastrophiques de sa décision, prendre acte de son erreur, et annoncer des solutions qui permettent la réintégration dans la carte. Dans le cas contraire ce sera une faute morale autant que politique ».

Alors que cela fait des mois qu’il alerte le Ministre et son Cabinet du caractère totalement injuste des décisions prises à l’endroit d’un grand nombre de communes du Sud-Ouest sorties du bénéfice du dispositif des zones défavorisées, l’Eurodéputé avoue avoir du mal à saisir l’objet de cette visite : « moi comme d’autres n’avons jamais eu de réponses à nos questions, et des communes un jour bénéficiaires se sont opportunément retrouvées exclues, par le fait du prince, sans aucune explication. J’y vois un traitement plus orienté par des considérations politiques que par le sens de l’intérêt général » ajoute-t-il.

Et Eric ANDRIEU de conclure : « Le Ministre doit s’engager, et s’il ne s’agit que d’une visite de courtoisie, ce sera celle du juge aux condamnés… je doute que les audois concernés apprécient ».

 

Contact presse : Serge Lauras 09 67 18 32 66