Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, et la ministre déléguée en charge de la lutte contre l’exclusion, Marie-Arlette Carlotti, se sont rendus le  mardi 20 novembre à Strasbourg pour défendre devant les parlementaires le Programme Européen d’Aide aux plus Démunis (PEAD).

La crise profonde que connaissent les pays d’Europe entraine une précarité accrue. L’aide alimentaire apportée aux plus fragiles, qui pourtant ne devait être que temporaire, s’est inscrite durablement dans notre pays. Elle est portée par un tissu associatif dense dont le Parti socialiste salue le travail quotidien de proximité mené auprès des personnes en difficulté.

Une menace pèse aujourd’hui sur le dispositif d’aide alimentaire. Il est prévu que cette aide ne relève plus du budget de la PAC mais soit une part de l’aide sociale de l’Europe. Cela entraînerait une baisse de 1 milliard d’euros de l’enveloppe financière pour la période 2014-2020 qui passerait ainsi de 3,5 milliards à 2,5 milliards.

Le Parti socialiste appelle donc avec force au maintien du PEAD qui permet à 13 millions de personnes de subsister le plus dignement possible et qui représente en France 70% de l’aide alimentaire. L’arrêt du PEAD représenterait un dramatique recul de la solidarité, valeur fondatrice de notre Union européenne.

Le Parti socialiste soutient pleinement l’engagement des associations et des ministres Marie-Arlette Carlotti et Stéphane Le Foll dans leur initiative de conviction auprès des parlementaires européens.