Communiqué de presse d’Eric Andrieu – 19/01/2016

L’eurodéputé du Sud-ouest Eric Andrieu (PS) regrette que le Parlement européen n’ait pas été plus loin, sur la connectivité, le blocage géographique, l’usage des fréquences libres et les procédures permettant de mieux sanctionner le comportement de certaines plateformes en ligne.

Strasbourg- Le Parlement a adopté ce mardi un rapport appelant à l’adoption rapide des 16 initiatives du marché unique numérique annoncées par la Commission en mai dernier.

S’il ne peut qu’appuyer cette initiative, Éric Andrieu regrette que le Parlement européen n’ait pas été plus loin, notamment sur la connectivité. « Nous demandons une évaluation à la Commission sur la connectivité, ce qui n’est pas suffisant ! » regrette l’eurodéputé PS du Sud-Ouest. « Le Parlement doit être du côté des citoyens et réclamer un droit à la connectivité sur les réseaux de transport, et en particulier en milieu rural (Gers, Landes par exemple). » souligne Éric Andrieu.

Par ailleurs, il déplore que le Parlement n’encourage pas la Commission à mettre sur pied ou à faire usage des procédures qui permettraient de sanctionner les comportements des plateformes en ligne. « D’où des procédures comme Google qui prennent plus de dix ans et des décisions contradictoires dans l’affaire Booking.com. ! » s’indigne-t-il.

De même pour Éric Andrieu « Le Parlement manque de prendre clairement le parti des citoyens, en condamnant de manière catégorique le blocage géographique. »

Enfin, l’eurodéputé de l’Aude « regrette que le rapport néglige complètement l’usage des fréquences libres, terreau d’innovations les plus déterminantes telles que le Wi-Fi et l’Internet des objets, ainsi que plus généralement l’usage partagé des fréquences qui seul permettra de répondre aux besoins en fréquences des usages utilisateurs européens. »

Le rapport Gebhardt ici

Communiqué de presse du Parlement Européen sur le même sujet ici