Le Parlement européen a adopté, aujourd’hui à Bruxelles, trois textes législatifs supplémentaires du paquet Fit for 55, déclinant de façon concrète la loi climat votée en 2021. Pour rappel, une majorité de gauche avait renvoyé ces textes en commission car des élus – droite, libéraux et extrême-droite – avaient vidé de sa substance la réforme du marché carbone en donnant aux industries les plus émettrices de CO2 des droits à polluer gratuits jusqu’en 2034.

« L’objectif est simple : réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55% d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990, et atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050 » explique Éric Andrieu, eurodéputé socialiste en charge des questions environnementales pour la délégation de la gauche sociale et écologique.

« Avec ces textes, nous luttons contre le dérèglement climatique, et nous agissons également pour renforcer notre indépendance énergétique, ce qui est indispensable dans le contexte de la guerre menée par M. Poutine en Ukraine. Avec un fil conducteur : ce combat doit se mener avec l’ensemble des citoyens ; ce paquet climatique se doit donc d’être juste socialement » ajoute l’eurodéputé.

« Concernant la réforme du système d’échange de quotas d’émission de gaz à effets de serre, nous aurions préféré une suppression progressive des quotas gratuits d’ici à 2030. Mais 2032 est un compromis avec lequel nous pouvons vivre, tout simplement car c’est le plus ambitieux que nous pouvions obtenir, compte tenu de la domination numérique de la droite et des libéraux. Nous avons également réussi à limiter considérablement les effets sociaux potentiels de l’ETS2 tout en préservant le financement du Fonds social pour le climat », précise Éric Andrieu.

« En effet, toutes les mesures du paquet Fit for 55 seront accompagnées de solides mécanismes de justice sociale et de solidarité qui en compensent les coûts, afin de garantir une transition socialement équitable grâce à des mesures d’efficacité énergétique et à des investissements dans la mobilité zéro émission » insiste l’eurodéputé. L’accès à ce fonds sera conditionné au respect de l’État de droit.

« Enfin, le Parlement européen a approuvé le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières : c’est le seul outil du paquet Fit for 55 qui puisse inciter nos partenaires commerciaux à décarboner. Nous faisons ainsi de l’attrait de notre marché intérieur une arme pour rehausser les ambitions climatiques à l’échelle de la planète en appliquant le principe du pollueur/payeur. C’est aussi un moyen de rétablir des conditions de concurrence équitable » insiste Éric Andrieu.

« Désormais, nous devons négocier avec le Conseil : nous serons vigilants pour que l’ensemble des textes législatifs du paquet Fit for 55 soit à la hauteur de nos ambitions climatiques, tout simplement car ils sont déterminants pour l’avenir de notre planète » concluent les membres de la délégation de la gauche sociale et écologique.