Pages Navigation Menu

Site d'Eric Andrieu - Député européen

Pesticides : La France « championne des derogations »

Pesticides : La France « championne des derogations »

La France dépasse les autres Etats de l’UE en matière de dérogations aux restrictions d’usage des pesticides, a critiqué lundi le député européen Eric Andrieu, président de la commission parlementaire spéciale sur la procédure d’autorisation des pesticides dans l’Union.

« Avec 58 demandes, contre une moyenne de moins de 10 dans l’UE, la France est championne des dérogations » accordées en Europe!, a twitté l’élu socialiste français, se basant sur des chiffres européens de 2016, les derniers disponibles, communiqués selon lui par la Commission européenne. De passage à Paris, M. Andrieu a rencontré le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, avec qui il a notamment évoqué les travaux de la commission parlementaire qu’il préside ainsi que la réforme de la PAC. « J’ai aussi voulu l’informer du niveau de dérogation sur les pesticides (en France). Il faut que la France soit vigilante pour que les dérogations ne soient pas la règle mais l’exception », a-t-il expliqué à l’AFP.

La réglementation européenne permet des dérogations à des interdictions de produits phytosanitaires, pour une période maximum de 120 jours. L’Espagne, désormais premier consommateur de pesticides en Europe, était à 30 dérogations en 2016, l’Allemagne à 25, selon le tableau présenté par M. Andrieu. « La diversité agricole (française) explique mais ne justifie pas » un tel niveau, selon lui.

Le député préside la commission spéciale « PEST » créée par le Parlement européen en janvier à la suite de la saga de la réautorisation du glyphosate. Forte de 30 membres, cette « commission spéciale sur la procédure d’autorisation des pesticides » dans l’Union doit déterminer notamment s’il y a eu des failles dans le processus ayant conduit à réautoriser pour cinq ans le célèbre herbicide. Son rapport est attendu en décembre. Elle doit notamment entendre ce mardi à Bruxelles les représentants de l’industrie chimique.

 

Source : AFP / Le Figaro