Originaire de l’Aude, membre du Parlement européen depuis 2012 pour la circonscription du Grand Sud-Ouest, Eric Andrieu est Vice-président du Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes & Démocrates (S&D).

Premier Vice-président de la Commission Agriculture et du développement rural dès 2014, puis Porte-parole des Sociaux-Démocrates pour les questions agricole en 2017, il plaide en faveur d’une réforme rapide et en profondeur de la Politique Agricole Commune (PAC), qui ne satisfait plus, aujourd’hui, ni les agriculteurs ni les consommateurs, et doit répondre aux défis alimentaires, environnementaux et climatiques du XXème siècle. Il a ainsi été en charge, pour le Parlement, du rapport intitulé Comment la PAC peut améliorer la création d’emplois dans les zones rurales et co-rapporteur pour le Groupe S&D sur la révision du règlement sur la production biologique et l’étiquetage des produits biologiques. Il est également vice-président des Intergroupes « Vin et spiritueux », « Zones rurales, Montagneuses et Isolées » et « Ciel et Espace ».

Membre de la Commission du Commerce international, il s’est exprimé contre le TTIP, le CETA et le MERCOSUR et a été le premier député européen à demander une évaluation des effets cumulés des accords de libre-échange sur l’agriculture européenne.

Suite aux Monsanto papers et à la controverse scientifique, il milite, au sein du Parlement, pour la sortie du glyphosate et la mise en place d’une Commission d’investigation sur le processus d’évaluation des pesticides en Europe (Commission PEST), dont il devient le Président en mars 2018. Après s’être battu pour l’interdiction des néonicotinoïdes tueurs d’abeilles, il dénonce les multiples dérogations françaises sur les pesticides et voit dans l’affaire du chloredécone un « scandale d’Etat » avant de demander, au niveau européen, l’interdiction du métam-sodium.

Il est actuellement rapporteur sur la réforme de la politique agricole commune.