Suite à l’étude publiée ce jour par l’UFC-Que Choisir, le Vice-Président de la Commission de l’Agriculture rappelle que l’étiquetage obligatoire sur l’origine des viandes des produits transformés est une demande incessante des eurodéputés depuis le 14 janvier 2014.

Bruxelles – Alors que l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui a scruté à la loupe les étiquettes de 244 produits transformés de 20 marques et a constaté qu’au total, 54 % des produits font l’impasse sur l’origine de la viande, Eric Andrieu, député européen, souligne que « le Parlement européen demande à la Commission européenne une proposition législative depuis plus de deux ans sur le sujet! »

En effet, le 14 janvier 2014, puis le 11 février 2015, par deux résolutions successives, le Parlement Européen, à une large majorité, avait réclamé à la Commission européenne une proposition législative en faveur d’un étiquetage obligatoire du pays d’origine de la viande utilisée dans les produits transformés. « Néanmoins, nous sommes toujours dans l’attente d’une action forte de la Commission européenne qui fait la sourde oreille! », s’insurge-t-il. « Depuis presque un an, c’est une obligation européenne presque pour toutes les viandes mais pas sur les plats préparés pourtant consommés par des millions de citoyens européens! », .martèle-t-il.

Lors de sa rencontre avec le Commissaire à l’Agriculture M. Hogan, mercredi 3 février, Eric Andrieu avait réitéré cette demande urgente des parlementaires: « La Commission européenne refuse de proposer un texte législatif sur le sujet prétextant un surcoût pour le consommateur! Alors que ce n’est pas fondé. On croit rêver! »

Le 8 février 2016.