À trois voix près, le Parlement n’a pas réussi à bloquer la proposition de la Commission européenne d’autoriser l’utilisation d’acide phosphorique dans les « broches de viande congelées verticales ».

Strasbourg – Ce mercredi 13 décembre, il aura manqué 3 voix au Parlement européen (373+, 272-, 30 abs.) pour réunir une majorité qualifiée (376 membres) et bloquer la proposition de la Commission européenne d’autoriser l’utilisation d’acide phosphorique, de diphosphates, de triphosphates et de polyphosphates dans la viande de kébab. « C’est une défaite pour la santé des consommateurs européens et tous les amateurs de kebab à travers l’Europe ! » a réagi l’eurodéputé Eric Andrieu.

Soutenue par la droite européenne, majoritaire au Parlement, la proposition de la Commission d’autoriser l’utilisation de ces additifs (E338-452) dans les « broches de viande congelées verticales », qu’elle provienne de mouton, de veau, de bœuf ou de volaille, a été adoptée.

Pour Eric Andrieu, « La Commission européenne, en autorisant l’utilisation de ces additifs (E338-452) dans la viande de kebab, fait, une fois de plus, fi du principe de précaution ! »

« Nous ne sommes évidemment pas opposés au kebab mais contre ces additifs qui mettent en danger la santé de nos concitoyens » explique le porte-parole des sociaux-démocrates à l’agriculture.

Avant de rappeler qu’ « en 2012, une étude européenne a pourtant clairement démontré le lien entre l’absorption d’additifs phosphatés dans les aliments et l’augmentation du risque cardiovasculaire! »

 

Contact presse : Raphaël Delarue : + 32 486 359 463