Lycéens

Dans le cadre du Joli Moi de l’Europe en Midi-Pyrénées, et à l’invitation de Franck MONTAUGE, Sénateur Maire d’AUCH, je suis venu à la rencontre avec les Lycéens des Lycées Beaulieu et Pardailhan de l’Agglomération. Aux côtés de Françoise SIMONUTTI, élue en charge des relations européennes  et de Maryse DELLAC, Vice-présidente du Grand Auch en charge de l’Enfance et la Jeunesse, j’ai présenté mes activités de législateur européen avant de débattre avec eux de la place de l’Europe, pas toujours perceptible, dans la vie quotidienne des citoyens de l’Union. Des échanges riches de sens qui se poursuivront au Parlement Européen dans quelques mois puisque un groupe de ces Lycéens viendra, dans le cadre d’un parrainage, me retrouver pour découvrir in situ le quotidien des Parlementaires

Déjeuner de travail

Terre agricole par excellence le département du Gers bénéficient de filières d’excellences (foie gras, volailles). Il n’en est pas moins un espace agricole où d’autres filières sont à la peine (l’élevage en particulier), réfléchissent aux enjeux de demain (irrigation, pratiques culturales, bio) et ressentent de grandes difficultés à s’insérer dans les nouveaux dispositifs de la PAC réformée. Aux côtés de Philippe MARTIN, Président du Conseil Départemental, j’ai participé à un déjeuner de travail avec les représentants de la Chambre d’Agriculture du Gers et élus et les services chargés de l’Agriculture au Conseil Départemental. L’occasion de faire un point avec Henri-Bernard CARTIER, Président de la Chambre d’Agriculture du Gers, sur la mise en œuvre de la PAC 2015 et d’ouvrir des perspectives sur celle qui lui succèdera.

Chambre des Métiers

A l’invitation de la Chambre des Métiers du Gers j’ai visité, avec son Président, Monsieur Christian OLIE, le Lycée des Métiers du Gers. Ce Centre de Formation des Apprentis, outre qu’il est une des plus belles réalisations qu’il m’ait été donné de voir en ce domaine, accueille depuis de nombreuses années des apprentis de différentes nationalités et s’inscrit pleinement dans la dynamique voulue par le programme Erasmus + qui permet à un public étudiant autre qu’universitaire de se former dans l’espace Européen. J’étais accompagné dans cette visite par Monsieur  Marc THOUVENIN, Président Europe Direct Auch-Gascogne. Félicitation à toute l’équipe pédagogique de saisir à bras le corps cette dimension européenne dans la formation des futurs artisans.

Chambre d’Agriculture du Gers

Initialement non prévue au programme des rencontres, j’ai tenu à faire un passage à la Chambre d’Agriculture du Gers pour me rendre compte par moi-même des efforts déployés pour accompagner les agriculteurs dans l’établissement des dossiers PAC 2015. Dans plusieurs salles spécialement aménagées, une petite armée de techniciens répondent aux attentes des agriculteurs inquiets de commettre des erreurs dans le renseignement des dossiers d’aides PAC. Pour le seul département, du Gers, la Chambre d’Agriculture estime que ce ne sera pas moins de 2200 dossiers qu’il faudra valider avant le 15 juin. Un travail énorme conséquence d’une complexification des procédures par les exigences des services la Commission Européenne et l’intégration des dispositifs en droit français. Un dossier que je vais plaider devant la Ministère de l’Agriculture.

Table Ronde à Toulouse

J’ai participé aux côtés de Madeleine CHARRU, Directrice de SOLAGRO et Co-Présidente du CLER, de Daniel LINCOT, Directeur de recherche au CNRS et Directeur de l’IRDEP, de Gérard ONESTA, Vice-Président du Conseil régional Midi-Pyrénées, et d’Elisabeth TOUTUT-PICARD, Présidente de la Commission Environnement et développement durable de Toulouse Métropole, à une table-ronde sur le sujet de la «  Transition énergétique et adaptation au changement climatique : que fait l’Europe ? ». A quelques mois de la Conférence de Paris sur le Climat, COP21, ce sujet majeur pour la planète illustre bien le besoin de plus d’Europe… comme ses faiblesses. Leader il y a quelques années en matière de recherche sur les énergies vertes, l’Europe, aujourd’hui sans véritable politique commune de l’énergie, peine à faire entendre sa voix sur le sujet du réchauffement climatique. Si il est bien un domaine où aucun état n’est en mesure d’agir seul, c’est bien celui-là.  Au niveau du Parlement, nous agissons et exigeons des politiques ambitieuses. Mais quand l’on constate  que chaque année dans le monde, on dépense 2 000 milliards de dollars pour encourager la consommation d’énergies fossiles, alors qu’on ne dépense que 100 milliards pour encourager les populations à privilégier les énergies renouvelables, j’avoue mon inquiétude. L’Union ne doit pas rater ce rendez-vous, c’est le meilleur moyen de redonner du sens à la construction européenne.