Dans la perspective du prochain round de négociations entre l’Union européenne et le MERCOSUR (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) qui se tiendra à Bruxelles du 29 novembre au 5 décembre prochain, retrouvez la question écrite prioritaire envoyée ce jour par  Eric Andrieu à la Commission européenne :

 

Alors que le prochain round de négociation entre l’Union européen et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) se tiendra à Bruxelles du 29 novembre au 8 décembre, la Commission européenne envisagerait, dans son ultime offre en matière d’accès au marché pour le Mercosur en vue d’un accord bilatéral de libre-échange, de porter à 100 000 tonnes le contingent d’importation tarifaire de bœuf.

  1. La Commission peut-elle confirmer un tel chiffre?
  2. Après les récents scandales de viandes avariées au Brésil impliquant les autorités publiques, et d’épandage massif de pesticides en Argentine, la Commission européenne peut-elle garantir que les normes de sécurité alimentaire, de qualité et de traçabilité des produits importés du Mercosur répondront aux critères actuellement en vigueur dans l’UE?
  3. 3. À travers cette offre, la Commission européenne pense-t-elle répondre aux aspirations actuelles des citoyens européens, et notamment celle de lier davantage l’agriculture à la santé humaine, la protection de l’environnement, à la lutte contre le changement climatique et à la vitalité de nos territoires, en particulier les plus fragiles d’entre eux ?