Pages Navigation Menu

Site d'Eric Andrieu - Député européen

Zones défavorisées : Bruxelles attend la nouvelle copie du gouvernement français

Zones défavorisées : Bruxelles attend la nouvelle copie du gouvernement français

Pour la Commission européenne, le problème est le choix des critères effectués par la France et l’interprétation des règles européennes par le gouvernement français.

 

STRASBOURG – Comme il s’y était engagé dimanche dernier à Fanjeaux (Aude), lors du Salon de l’agriculture défavorisée, l’eurodéputé socialiste Eric Andrieu a abordé aujourd’hui à Strasbourg, lors d’un entretien bilatéral avec M. Phil Hogan, Commissaire européen à l’agriculture et au développement rural, le dossier épineux des zones défavorisées, laissé en suspens par le gouvernement français et qui touche en particulier les communes du Sud-Ouest.

« J’ai noté un Commissaire très à l’écoute sur la question des zones défavorisées et des agriculteurs en difficultés. M. Phil Hogan suit le dossier de très près après l’avoir évoqué avec de nombreux agriculteurs lors du Salon International de l’Agriculture » souligne l’eurodéputé du Sud-Ouest.

Avant d’ajouter : « La Commission européenne regrette cependant de ne pas avoir été informée plus tôt par les autorités françaises des difficultés qui se présentaient à elle. »

Lors de leur entretien, le Commissaire a rappelé que la première carte du Ministre de l’Agriculture n’était pas conforme aux attentes de la Commission européenne. Pour Bruxelles, le problème est le choix des critères effectués par la France et l’interprétation des règles européennes par le gouvernement français. Bruxelles a déjà demandé au gouvernement français de revoir sa copie et de lui proposer une nouvelle carte que les services de la Commission attendent avec impatience, dans les deux semaines à venir, et qu’ils examineront avec vigilance.

Pour le Porte-parole des sociaux-démocrates européens à l’Agriculture : « Le nouveau zonage ne doit pas desservir les zones les plus en difficultés. L’Europe se discréditerait si elle accompagnait les propositions du gouvernement français. »

 

Contact presse : Raphaël Delarue : + 32 486 359 463