Chères Européennes, Chers Européens,

J’ai l’honneur, la chance et le plaisir d’avoir été réélu comme Député européen pour un nouveau mandat

C’est à présent officiel. Je serai membres de deux Commissions de travail au Parlement européen.

La première, agriculture et ruralité, dans laquelle je n’épargne pas mes forces depuis de nombreuses années tant le défi est immense. Défendre les droits et la qualité de travail de nos agriculteurs tout en leur permettant de délivrer une alimentation de qualité aux 500 millions de citoyens européens.

Mais aussi garantir le bien-être animal ou encore poursuivre mon engagement en faveur d’une agriculture française et européenne qui ne soient pas la variable d’ajustement des accords commerciaux.

Je prônerai une réforme en profondeur de la Politique Agricole Commune (PAC), qui ne satisfait plus, aujourd’hui, ni les agriculteurs ni les consommateurs, et doit répondre aux défis alimentaires, environnementaux et climatiques du XXIème siècle. Je suis contre la proposition actuellement sur la table et compte bien ne pas fléchir face aux dictats de l’ultralibéralisme ambiant.

La seconde, complémentaire de l’agriculture selon moi, est la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire dans laquelle je travaillerai sur les mesures européennes de protection de l’environnement, pollution de l’air, des sols et des eaux, gestion et recyclage des déchets, substances et préparations dangereuses, niveaux de bruit, changement climatique, protection de la biodiversité, le développement durable.

Nous plancherons également sur les questions de santé publique, et enfin les questions de sécurité alimentaire telles que les pesticides, l’étiquetage et la sécurité des denrées alimentaires, la législation vétérinaire concernant la protection contre les risques pour la santé humaine ou encore les contrôles de santé publique sur les denrées alimentaires et les systèmes de production alimentaire.

Je reste bien sûr à votre entière disposition pour les 5 années à venir pour toutes ces matières au niveau européen mais bien sûr aussi sur leurs conséquences au niveau national, régional et local. Un eurodéputé doit être la courroie de transmission entre le terrain et les centres de décisions. Je me félicite de pouvoir être la vôtre, à nouveau, tout au long de ce mandat.

Amitiés,

Éric Andrieu