Communiqué de la DSF – 13/02/2015

La délégation socialiste française avait dénoncé la menace de retrait qui pesait sur le paquet législatif « économie circulaire » dès les premières fuites du contenu du programme de travail de la Commission européenne.

Pour rappel, ce paquet législatif vise à mieux produire et créer de l’emploi tout en préservant l’environnement, à travers une batterie de textes ayant trait notamment au gaspillage, aux emballages, aux déchets électroniques, etc. Pour avoir un véritable impact, ces sujets doivent être traités au sein du marché intérieur européen.

Alors que M. Timmermans s’était engagé à présenter une nouvelle proposition « plus ambitieuse », pour reprendre ses mots, les faibles conclusions du Conseil approuvées le 10 février ne sont pas de nature à rassurer.

Parce que la transition écologique est une priorité absolue, une majorité d’eurodéputé-e-s s’oppose au retrait de ces textes, soutenue par des ONG et les Ministres de l’environnement. Le paragraphe 23 de la résolution socialiste sur le programme de travail de la Commission européenne défendant les textes sur l’économie circulaire avait d’ailleurs obtenu une large majorité lors de son vote (329 +, 283 -, 31 abs). Malgré cette large mobilisation, BusinessEurope – lobby du patronat européen qui milite contre l’économie circulaire – semble imposer ses orientations.

C’est inacceptable pour les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux qui appellent à refuser l’agenda de BusinessEurope. L’économie circulaire permettrait de créer plus de 2 millions d’emplois : il est urgent d’agir !