Communiqué de presse – 26/11/2013

Aujourd’hui, le député européen Eric Andrieu, fondateur de la marque « Pays Cathare » en France, a présenté un rapport d’initiative devant la commission de l’agriculture et du développement rural du Parlement européen, sur la marque d’excellence territoriale, qui a reçu un appui quasi unanime de ses collègues.

Prenant appui sur les récents changements apportés par le traité de Lisbonne, le rapport d’Eric Andrieu  considère que le temps est venu de repenser en profondeur la politique de développement rural au sein de la PAC en l’orientant résolument sur une approche territoriale. Il appelle implicitement à un renforcement du second pilier de la PAC pour le futur.

Ces préconisations valables pour l’avenir et pour la préparation au sein des Etats membres des prochains programmes de développement rural 2014-2020,  invitent à promouvoir des gouvernances participatives et dynamiques avec l’ensemble des acteurs présents sur les territoires ruraux, dans le but d’élaborer des projets communs. Fort de son expérience passée, Eric Andrieu considère que la mise en œuvre de partenariats, autour de la marque d’excellence territoriale, peut permettre une mise en valeur optimale de toutes les richesses de chaque territoire.

Son rapport souligne que ces convergences stratégiques, dépassant de simples logiques sectorielles ou de filières, sont sources de rentes territoriales importantes, grâce à une production durable de biens (alimentaires et non alimentaires) et de services de très haute qualité, ancrée dans l’identité de chaque territoire, parce qu’en lien direct avec son patrimoine historique, naturel… Cette approche de la marque d’excellence territoriale, reconnaissant la qualité de son organisation basée sur une forte solidarité entre tous les acteurs et sur une qualité des lieux de vie, est source de nombreux emplois particulièrement dans les zones fragiles et peut procurer des débouchés nouveaux aussi bien sur des marchés de proximité, que sur des marchés internationaux.

Eric Andrieu invite la Commission à utiliser tous les moyens disponibles dans la politique de développement rural, comme l’initiative communautaire LEADER, les mesures d’animation de coopération, de mise en réseau, et à créer tout autre outil qui s’avèrerait nécessaire à la promotion de meilleures gouvernances et de davantage de coopération sur les territoires, qu’ils soient ruraux, urbains ou péri-urbains.

Pour consulter le rapport, cliquez ici.