Réunis à Strasbourg, en plénière, les députés européens ont adopté, ce mardi 24 octobre, une résolution demandant « l’interdiction complète » des herbicides à base de glyphosate, pour l’usage agricole, à partir du 15 décembre 2022, dans l’Union européenne. La licence d’exploitation du glyphosate expire le 15 décembre 2017. Les députés demandent de renouveler l’autorisation de la substance pour cinq ans maximum, contre dix ans initialement proposés par la Commission européenne. Les députés de la commission santé et environnement plaidaient pour une sortie du glyphosate dans trois ans.

Le Parlement estime que l’UE « devrait planifier une suppression progressive de cette substance et commencer par l’interdire pour tout usage domestique, puis dans l’agriculture, alors que des substances biologiques alternatives sont suffisantes pour les opérations nécessaires de désherbage ». Il veut aussi bannir le glyphosate, dès le 15 décembre 2017, utilisé par les particuliers européens ainsi que par les autorités dans les espaces publics. Les députés ont également pointé « la crédibilité de certaines études [fournies par les industriels] utilisées lors de l’évaluation de la sécurité du glyphosate par l’UE ».

« Les Etats mis devant leurs responsabilités »

La résolution, adoptée par les eurodéputés à 355 voix pour et 204 contre (et 111 abstentions), n’est toutefois pas contraignante. Les représentants des Etats membres se prononceront à leur tour ce mercredi 25 octobre sur la proposition de la Commission. « Par ce vote, nous envoyons un signal fort aux gouvernements nationaux mis devant leurs responsabilités », déclarent les eurodéputés socio-démocrates français Eric Andrieu et belge Marc Tarabella. Ils jugent toutefois la période transitoire de 5 ans votée « trop longue ». De son côté, la députée européenne française de droite Angélique Delahaye (LR, PPE) appelle la Commission européenne ainsi que les Etats membres « à mettre sur la table les moyens financiers nécessaires au développement de la recherche et de l’innovation pour trouver des alternatives environnementalement et économiquement viables ».

La Commission prête à proposer un renouvellement pour 5 à 7 ans

Selon l’AFP, la Commission européenne pourrait proposer demain aux Etats membres le renouvellement entre cinq et sept ans de la licence du glyphosate. La France, l’Autriche et l’Italie avaient déjà affirmé leur refus de voter l’autorisation décennale. L’Allemagne était au rang des abstentionnistes pressentis. Mais l’autorisation revue à la baisse par la Commission pourrait changer la donne et arriver à un accord. Une majorité qualifiée de 16 Etats sur 28, représentant au moins 65% de la population de l’UE, reste requise pour valider sa nouvelle proposition. En France, la ré-homologation du glyphosate divise les ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture : Nicolas Hulot s’est prononcé pour un renouvellement de 3 ans, contre 5 à 7 ans suggérés par Stéphane Travert.

 

Source : Actu environnement