« Madame la Présidente, Monsieur Juncker, l’Europe, même si c’est important, mérite mieux qu’un changement d’heure. L’évasion fiscale, CETA, Selmayr, glyphosate, voilà ce qui restera de votre présidence conservatrice et libérale. C’est une Europe qui voit progresser les populistes de toutes sortes, impuissante face au reste du monde, que vous nous laissez. Nous étions en droit d’attendre une Commission européenne ambitieuse, celle de la dernière chance – aviez-vous dit –, engagée, protectrice, mettant en œuvre les 17 objectifs de développement durable de l’ONU, basée sur le triptyque: économie, social, environnemental. Nous avons eu une Commission qui aura sacrifié nos agriculteurs et nos territoires sur l’autel du libre-échange, bafoué la question de l’égalité entre les femmes et les hommes et mis en danger la santé de millions de citoyens européens en n’appliquant pas le principe de précaution, que ce soit sur le glyphosate, les perturbateurs endocriniens ou encore les OGM. Et ce n’est pas le cadre financier pluriannuel, sans vision et sans ambition, que vous nous proposez, qui va modifier votre bilan. Nous avons besoin d’espérer ».