Communiqué de presse de la DSF – 10/07/2015

La délégation socialiste française a pris connaissance des dernières propositions du gouvernement grec.

Pour les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux, c’est un programme crédible et sérieux qui réaffirme l’appartenance de la Grèce à la zone Euro.

Les commentateurs, qui cherchent désespérément à désigner un vainqueur et un perdant, se trompent lourdement : c’est bien l’Europe qui, aujourd’hui, peut sortir gagnante avec un accord équilibré, en attendant que soient revues, en profondeur, la gouvernance économique européenne, comme le Parlement européen l’a souhaité en adoptant le rapport de Pervenche Berès.

L’extrême-droite, qui instrumentalise la crise grecque dans son dessein de détruire de l’Europe, attaque désormais M. Tsipras ; ce dernier ne partage rien avec eux, et n’a jamais eu l’intention de voir la Grèce quitter la zone Euro et l’Union européenne.

Si les réformes que le gouvernement grec présente aujourd’hui sont proches de celles d’avant le referendum, elles ne se font absolument pas avec la même contrepartie : la tentative d’accord précédent prévoyait quelques milliards couvrant les obligations liées à la dette jusqu’au mois de novembre 2015. La dernière proposition permettrait à la Grèce de mener sereinement les réformes nécessaires : ces réformes se feraient en échange d’un financement de 53,5 milliards d’euros pour couvrir les obligations liées à sa dette jusqu’en 2018.

Comme l’a dit le président du Conseil européen devant le Parlement européen : « Nous sommes tous responsables de la crise et nous avons tous la responsabilité de la résoudre ». Il ne s’agit donc pas d’un revirement, mais d’une étape majeure de la négociation, en passe d’aboutir, ce qui est dans l’intérêt de l’ensemble des Européens. Il faut maintenant que chacun fasse sa part du chemin pour trouver un accord. Caminante, no hay camino. Se hace camino al andar[1].

[1]  Toi qui marches, il n’y a pas de chemin, On fait le chemin en marchant – Antonio Machado Extrait de Proverbios y cantares (XXIX)