Après l’adoption par de nombreux parlements nationaux de motions portant sur la reconnaissance de l’État Palestinien ces dernières semaines, je me félicite que le Parlement européen ait élaboré et voté à son tour une résolution pour la reconnaissance de l’État de Palestine. 

C’est un acte de justice et de paix en vue de progresser vers un règlement définitif de ce conflit.

L’impasse politique actuelle renforce chaque jour les éléments les plus radicaux et les discours de haine au détriment des populations civiles innocentes. Le statu quo est intenable et dangereux.

Cet engagement constitue aussi un appel à la relance des négociations et au déblocage du processus de paix. Il s’inscrit dans la volonté collective de concourir à l’effort international de paix au Proche-Orient pour mettre un terme au cycle infernal de la violence.

Les Socialistes ont toujours soutenu cette volonté de réconciliation entre les peuples israélien et palestinien, fondée, conformément aux résolutions des Nation-Unies, sur l’existence de deux États souverains et démocratiques vivant côte à côte en paix et en sécurité, sur la base des lignes de 1967, avec Jérusalem pour capitale des deux États.