« Le constat est aussi cruel qu’injuste : l’ACP (#Afrique-Caraibes-Pacifique) est la + faible émettrice de gaz à effets de serre au monde mais fait pourtant partie des plus grandes victimes du dérèglement climatique!!! »
#Maputo #Acp #Climat #COP27 #Europe
Mon intervention ⬇️

There are no EU sanctions against Russia causing food crisis in Africa as told by the far right propaganda, says @EricAndrieuEU at the EU-ACP interparliamentary assembly.

We must support Africa for its food production to become independent from external shocks.

✊La convention de #Maputo adoptée hier suivra & évaluera les lois, les mesures & les moyens mis en œuvre pour protéger les droits des femmes sur les questions de violences (mutilation génitale, mariages forcés,…)
Pour découvrir le texte, c’est ici ⬇️

First day for our delegation to the EU-ACP Joint Parliamentary Assembly in Maputo. And first solemn commitment at the Women’s Forum! We‘ll call on the EU-ACP Assembly for a new EU-Africa Women Convention to outline challenges, propose common actions and assess implementation!

Load More
2.5 millions d’euros pour le département de l’Aude

Communiqué de presse – 17/11/2014

Eric ANDRIEU se félicite de la décision du Conseil Central de la Mutualité Sociale Agricole d’attribuer au département de l’Aude les 2, 5 millions d’euros  demandés par les agriculteurs audois pour la prise en charge des cotisations sociales et ainsi soutenir ceux d’entre eux qui ont été durement touchés par les violents orages de grêle de juillet dernier, leur permettre de maintenir leurs trésoreries et les aider à  passer le cap de cette crise.

L’eurodéputé tient « à remercier tout particulièrement Stéphane LE FOLL, Ministre de l’agriculture, pour son implication sur ce sujet » et constate au passage que « malgré les craintes et impatientes légitimes, tout a été mis en œoeuvre dans le sens des mesures annoncées par le Ministre lors de sa venue dans le département pour constater les dégâts sur les cultures le 17 juillet dernier».

Dans une région où l’aléa climatique est particulièrement élevé, Eric ANDRIEU considère que « ce type de mesure d’urgence, bien qu’indispensable, ne doit pas nous faire oublier que la meilleure façon de protéger les exploitations des catastrophes climatiques, avec ce que cela implique comme conséquences économiques, reste l’assurance récolte, mais elle est aujourd’hui trop onéreuse pour bon nombre d’agriculteurs ». Un dossier sur lequel travaille actuellement le ministère et qu’il défend également devant les instances européennes, notamment la Commission.   

Partager