13-06-2017

J’ai voté en faveur du rapport sur l’Apatride en Asie du Sud et en Asie du Sud-Est, le droit à la nationalité étant un droit fondamental de l’homme consacré dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. À l’échelle mondiale, environ 10 millions de personnes sont malheureusement touchées par l’apatridie. Les cas d’apatridie non répertoriées et non déclarées, conjugués au manque de données quantitatives et qualitatives unifiées, sont préoccupants. Le Parlement européen exhorte donc la communauté internationale à adopter une définition claire et uniforme de l’apatridie et à combler les lacunes dans la collecte de données pour mesurer l’apatridie dans les pays en développement. L’apatridie est particulièrement évidente dans les États où des minorités éthiques coexistent telles que les Rohingyas et les Biharis. Elle soulève par ailleurs certaines préoccupations, telles que la traite des êtres humains, la discrimination fondée sur le sexe et les violations des droits de l’homme, en particulier en ce qui concerne les femmes et les groupes vulnérables.