Cinq eurodéputés[1] organisaient mardi 18 octobre, avec les représentants de la filière viande bovine européenne, une opération de sensibilisation au Parlement européen.

Alors que les Ministres du Commerce de l’UE donnaient à la Belgique un ultimatum pour préciser sa position définitive sur la signature du CETA (l’accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada), cinq députés européens, représentant quatre grands pays d’élevage (France, Irlande, Italie et Espagne), tiraient la sonnette d’alarme sur les conséquences de la signature d’un tel accord sur la filière bovine.

Contexte qu’a souligné d’emblée l’eurodéputé PS Eric Andrieu à l’origine de l’évènement: « Cette date n’est pas anodine. A l’heure où je vous parle, la Belgique ne signera pas le CETA. Ce blocage doit nous interroger ! On peut et on doit faire mieux. Des marges de progressions existent ! »

« Les parlementaires européens partagent les préoccupations de la filière bovine et ont souhaité marquer leur solidarité avec les éleveurs européens, aujourd’hui à bout de souffle.  Ce n’est pas uniquement CETA qui pose problème. C’est dans l’accumulation des concessions dans les négociations en cours et à venir (TTIP, Mercosur etc.), que réside le problème. Nous attendons d’ailleurs depuis des mois l’étude promise par le Commissaire Hogan sur le cumul des concessions agricoles et leurs impacts sur la filière ».

Avant d’ajouter : « Nous ne sommes pas défavorables aux échanges commerciaux, à condition qu’ils soient fondés sur des principes de réciprocité et d’équilibre, mais aussi sur le respect de normes sanitaires, sociales et, environnementales. Et force est de constater que sur le plan sanitaire, environnemental, de la traçabilité et du bien-être animal, les normes ne sont pas identiques des deux côtés de l’Atlantique. »

« Nous sommes à un tournant de la politique commerciale. Il est fondamental que la Commission européenne réponde mieux aux préoccupations de nos concitoyens sur ce sujet et qu’elle protège davantage nos produits agricoles, qui sont les meilleurs porte-paroles de notre identité et de la vitalité de nos territoires », prévient l’eurodéputé de l’Aude.

 

Contact : Raphaël Delarue + 32 486 359 463

 

[1] * Clara AGUILERA (ES, S&D), Eric ANDRIEU (FR, S&D), Paolo DE CASTRO (IT, S&D), Yannick JADOT (FR, Verts), Mairead McGUINNESS (IRL, PPE)