Eric Andrieu se félicite de la mise en place par la Commission européenne d’un mécanisme incitatif de régulation des volumes.

Lors du Conseil “Agriculture et pêche” qui s’est tenu ce lundi 18 juillet, la Commission européenne a annoncé le déblocage d’une aide d’urgence de 500 millions d’euros (150 + 350 millions) pour juguler la crise laitière actuelle.

Le député européen Eric Andrieu qui s’en était pris à l’immobilisme de l’exécutif européen face à la crise laitière[1], se félicite que la Commission européenne ait enfin décidé de mettre « la main à la poche ». Pour le Vice-président de la Commission Agriculture du Parlement européen, « Le déblocage de cette enveloppe doit favoriser un retrait effectif des volumes, afin de faire remonter les cours actuels. »

« Il était fondamental que le dispositif proposé soit ouvert à tout producteur de l’Union européenne, afin de couper l’herbe sous le pied aux États récalcitrants qui ne veulent pas jouer le jeu de la solidarité européenne » explique l’eurodéputé socialiste. « Nous demandons à ce que les aides débloquées puissent être gérées par des organisations ou associations de groupement de producteurs et qu’elles incitent ces dernières à agir collectivement, afin d’assurer un retrait effectif des volumes de lait. »

Avant d’insister : « On a besoin d’un mécanisme rapidement mobilisable pour les agriculteurs. » L’eurodéputé du Sud-Ouest demande, en outre, un assouplissement du système d’aide des minimis en passant de 15 000 à 30 000 euros par exploitation.

Eric Andrieu appelle enfin la Commission européenne à parer aux conséquences éventuelles de ce retrait sur la filière de viande bovine. « L’abattage des vaches laitières risque d’engorger le marché de la viande et de faire à nouveau chuter les cours » prévient le député européen.

 

 

Contact presse : Raphaël Delarue, + 32 486 359 463

 

**********************

[1] http://www.eric-andrieu.eu/lait-on-est-en-etat-durgence/