Communiqué de presse d’Eric Andrieu – 27/01/2017

NarbonneLe 12 décembre dernier, j’annonçais sans hésiter mon soutien à la candidature de Vincent PEILLON à la Primaire Citoyenne de la Belle Alliance Populaire. Ce fut pour moi une des décisions des plus sereines à prendre tant elle était à la fois celle du cœur, de la fidélité et de la raison. Au sein du Parti Socialiste, nous avons lutté ensemble pour une société plus juste, et aujourd’hui, au Parlement Européen, nous perpétuons ce combat. Parce que je connais les valeurs qui l’animent et le sens de son engagement, je n’ai jamais douté de la pertinence de sa décision.

En tant que porte-parole pour l’Agriculture, l’Agro-écologie et la ruralité, j’ai pleinement contribué à la campagne de Vincent PEILLON. Le résultat du premier tour de la primaire n’a pas été, à l’évidence, celui que j’espérais. Cette campagne trop courte, démarrée dans des circonstances inédites sous la Vème République, ne lui a pas permis de jouer le rôle qui aurait dû être le sien. Je le regrette pour lui, pour le Parti Socialiste, l’ensemble des forces de Gauche et pour notre pays. Cela cependant ne remet nullement en cause l’estime et la fidélité que je lui porte et la fierté d’avoir relevé, à ses côtés, le défi qui se dressait devant nous.

Ses idées, et les valeurs qu’il porte, sont loin d’avoir été disqualifiées. Elles seront présentes tout au long de la campagne de ces présidentielles, car elles sont, plus que jamais, d’actualité. De nombreuses propositions du programme de Vincent PEILLON doivent servir de catalyseur à une gauche aujourd’hui fragmentée: la nécessité d’un New Deal européen pour relancer l’activité, un bouclier fiscal pour les plus modestes, la priorité à l’Éducation et à la jeunesse, un nouveau modèle agricole durable, etc. sont autant de marqueurs incontestablement de gauche.

Benoît HAMON l’a compris. Par la qualité de sa campagne, sa contribution au débat avec des idées audacieuses, il a fait la démonstration que le cœur de la gauche de transformation sociale battait encore. Comme l’a toujours fait Vincent PEILLON, il a su nous rappeler notre histoire, nos combats pour une société plus juste, et remettre nos idéaux au service d’un projet.

Pour se rassembler à la Présidentielle, il faut savoir imaginer le futur et ne pas s’y résigner.

Parce que je veux croire en cette gauche de l’espérance et du progrès, dimanche, je voterai Benoît HAMON

 

Eric Andrieu

Député européen

 

 

Contact presse : Serge Lauras : 06 76 44 06 39