Communiqué de presse d’Eric Andrieu – 15/04/2015

Nous apprenons que Toulouse deviendrait la probable capitale de la future grande Région. Si cela se confirme, et sans faire de surenchère, l’État devra garantir une réelle complémentarité et un réel équilibre entre nos deux Métropoles.

Toulouse possède de nombreux atouts et le potentiel de Montpellier devra être valorisé. C’est le seul choix possible si nous voulons une fusion réussie. Le dynamisme de Montpellier n’est plus à démontrer avec le renforcement des grands projets structurants et le poids de ses filières d’excellence que ce soit dans le Numérique ou dans le domaine de la Biologie-Santé (cancérologie, infectiologie et Neurosciences, Université sud de France, nouvelle faculté de médecine, laboratoires de recherche).

Avec Agropolis International qui concentre aujourd’hui de nombreux centres de recherche reconnus internationalement dans l’agriculture, l’alimentation, la biodiversité et l’environnement, un pôle agronomique d’exception est en train de s’affirmer. Il doit être demain à Montpellier ce que l’aéronautique est à Toulouse.

C’est dans cette perspective qu’il nous faut plaider pour accueillir à Montpellier la nouvelle Agence Française pour la Biodiversité, d’autant que l’ouverture d’un pôle de développement de la Méditerranée va s’affirmer dans les années à venir.

Il est une évidence que le développement de notre nouvelle région du grand sud s’articulera autour de nos deux capitales d’excellences que sont Montpellier et Toulouse. L’État ne se trompera pas !