Le Parlement européen s’est prononcé en faveur de la réutilisation des eaux usées traitées, entre autre pour l’irrigation agricole : « L’eau est une ressource vitale qu’il nous faut davantage respecter et dont il faut prendre grand soin. En Europe, la situation se dégrade rapidement, il est urgent de remédier à ce grave problème », explique Eric Andrieu, eurodéputé en charge de l’agriculture mais également des questions environnementales au Parlement européen.

En Europe, la situation se dégrade

Bien que l’Europe ne soit pas un continent aride, l’approvisionnement en eau est devenu un problème important pour la moitié de la population. Près de 18% du territoire européen a été touché par des pénuries d’eau l’été passé. Les périodes où la demande en eau dépasse les ressources disponibles sont de plus en plus fréquentes sur notre continent sont de plus en plus fréquentes en Europe.

Un tiers d’eau gaspillée

Outre les pollutions et le réchauffement climatique, il y a aussi un gros problème de gaspillage. On estime à plus ou moins un tiers le volume d’eau disponible gaspillée en Europe. Les raisons sont multiples et vont des fuites dans le réseau de distribution à l’absence de technologies visant à économiser l’eau, en passant par l’irrigation superflue, ou d’autres gaspillages en tout genre : « Si rien n’est fait, la consommation d’eau par les citoyens mais aussi par les secteurs industriel et agricole devrait augmenter de 16 % d’ici à 2030. C’est une situation qui, à terme, n’est pas tenable », préviennent les eurodéputés français S&D.

« Par ce texte, nous avons voulu que l’on puisse atténuer les pénuries d’eau dans l’UE en définissant des exigences de qualité minimales pour l’eau recyclée. Il est indispensable de permettre de réutiliser les eaux usées recyclées pour l’irrigation agricole ainsi qu’à d’autres fins, tout en garantissant sa qualité sanitaire. »

C’est un pas dans la bonne direction

« De manière plus globale, il est largement temps de repenser notre société, notre rapport à la nature et aux ressources naturelles qu’elle propose. Une profonde réforme de la politique agricole commune et la mise en place d’un pacte vert européen sont également des outils indispensables pour pouvoir prolonger notre bail sur terre », conclut la Délégation de la Gauche sociale et écologique.