Monsieur le Commissaire,

« C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute il se répète sans cesse pour se rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien.»

Cette phrase extraite du film français la Haine on pourrait l’appliquer aujourd’hui à la question du friponil !

Des pesticides interdits ou supérieurs aux doses autorisées, de la viande de cheval vendue pour du bœuf, un désherbant reconnu comme cancérogène probable mais toujours en vente libre dans les grandes surfaces, des perturbateurs endocriniens au bisphénol A en passant par les nitrates ou le miel frelaté. Il n’y a pas un mois sans qu’éclate un nouveau scandale sanitaire ! Les citoyens s’inquiètent à juste titre de leur alimentation et donc de leur agriculture et de leur environnement.

Et maintenant des œufs contaminés au friponil !

On veut nous rassurer on nous disant que ces œufs contaminés n’étaient pas dangereux pour la santé des consommateurs. Mais – je pose la question- qu’en aurait-il été si ces œufs étaient toxiques et avait présenté une menace pour la santé de nos concitoyens ? On aurait attendu 1 an comme c’est le cas ici ??

Ce nouveau scandale est inacceptable !

Il démontre trois choses :

  1. Un, que notre système d’alerte rapide européen est perfectible
  2. Deux, que nous devons tout mettre en œuvre pour renforcer les contrôles afin de protéger les consommateurs de l’Union de ces pratiques frauduleuses,
  3. Enfin qu’il est fondamentale de défendre nos filières qui se retrouvent une fois déstabilisées et pris au piège par ces quelques tricheurs sans scrupules !

Monsieur le Commissaire,

L’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. 

Je vous remercie.