Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire,

Nous devons à travers le vote de demain, dans notre nouveau rôle de colégislateur, montrer l’ambition du Parlement européen pour une véritable réforme de la PAC: sécurité alimentaire, équité, verdissement, régulation doivent être au rendez-vous. L’abandon des références historiques est un grand pas. La convergence interne va dans la bonne direction. Nous avons déjà voté au sein de la commission de l’agriculture et du développement rural la surprime des premiers hectares pour une meilleure redistribution mais il nous faut aller plus loin et abaisser le plafonnement des aides en-deçà des 300 000 euros, et mettre en œuvre une véritable dégressivité pour assurer une plus grande équité entre agriculteurs et favoriser l’emploi.

Le verdissement est en marche, mais nous devons le renforcer dès demain et l’adapter à la réalité, pour permettre une véritable transition écologique: écoconditionnalité, rotation des cultures, surfaces d’intérêt écologique doivent marquer ce rendez-vous politique.

Enfin, et cela relève de notre responsabilité, nous devons permettre à tous les secteurs de production de faire face à la gestion de la crise par l’adoption d’outils de régulation adaptés, en particulier, pour le lait, et je me félicite que les droits de plantation dans la viticulture aient été réintroduits.

(Applaudissements)