Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire,

Je voudrais tout d’abord féliciter nos deux rapporteures, Mme Giulia Moi, de la commission de l’agriculture et du développement rural, et Mme Renate Sommer, de la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire, pour ce travail remarquable réalisé sur cette question du clonage.

Le rapport que vous avez élaboré renforce l’application claire du principe de précaution auquel nous sommes attachés. Cette technique de reproduction, qui n’est pas utilisée dans l’agriculture en Europe, ne pose en réalité que des problèmes. Les citoyens – cela a été dit – sont légitimement inquiets de ces modes de production. Nous devons être vigilants afin de protéger la santé humaine, l’environnement, le bien-être des animaux ou encore le patrimoine que constitue la diversité génétique.

Je soutiens pleinement les lignes du rapport qui nous est proposé, qui interdit non seulement le clonage dans l’élevage et à des fins de denrées alimentaires, mais aussi les importations d’animaux vivants et de produits géminaux et alimentaires issus d’animaux clonés, ainsi que tous les produits pouvant provenir de leur descendance.

Vous exigez, par ailleurs, une traçabilité des produits issus du clonage afin d’empêcher leur entrée sur le territoire européen. Je partage cette exigence. La recherche de la rentabilité économique ne peut en aucun cas s’affranchir du respect de ces principes et c’est pour cette raison que nous devons dire « non » collectivement, ici au Parlement, au clonage dans l’agriculture et l’alimentaire.

Pour consulter le communiqué de la Délégation Socialiste Française sur le sujet, cliquez ici: