Monsieur le Président,
Monsieur le Commissaire,

La répétition est la meilleure des pédagogies.

Oui la transparence sur le projet d’accord transatlantique doit être totale et pas une transparence de pièce de lecture. Un débat de fond, démocratique et public associant les citoyens, la société civile et les partenaires sociaux est indispensable. C’est pourquoi je demande, avec les socialistes, la publication exhaustive du contenu des échanges après chaque cycle de négociation.

Nous réclamons également le respect scrupuleux de l’ensemble des législations et des préférences collectives qui fondent notre modèle social européen. Tout éventuel accord doit favoriser les normes les plus élevées en matière d’environnement, de santé publique, de sécurité alimentaire, de droits sociaux et de droits fondamentaux; préserver également nos services publics et la diversité culturelle, et enfin, exclure – mais cela vous a été dit à de nombreuses reprises – le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États.

La qualité de l’accord doit primer sur le calendrier!

Je ne peux imaginer que nos indications géographiques ne soient pas protégées, ou que la qualité et l’excellence de nos produits, notamment agricoles, soient remises en cause. Pas de poulet chloré, pas de bœuf aux hormones, pas d’OGM, pas de clonage à but alimentaire, etc.

Nous défendrons farouchement cette position et exercerons avec fermeté notre devoir de vigilance et notre pouvoir d’influence tout au long des négociations.