Les habitudes et tendances de consommation d’alcool varient considérablement d’un pays à l’autre en Europe, et plus particulièrement pour les consommations à risques pour la santé.

Pour faire face aux dommages liés à l’alcool, je soutiens la stratégie européenne qui a déjà donné des résultats positifs. Nous devons la renouveler tout en améliorant son efficacité.

En permettant une meilleure information et une éducation appropriée, cette stratégie doit encourager une consommation modérée et responsable et surtout mettre en garde contre une consommation excessive et dangereuse de l’alcool.

Les mentions des calories, des ingrédients et de la valeur nutritionnelle des produits, comme un prix minimum obligatoire, ne peuvent selon moi être des outils efficaces et suffisamment dissuasifs pour lutter contre ces excès, en particulier dans les pays du sud de l’Union européenne, chez qui la consommation d’alcool est en baisse depuis plusieurs années, en raison surtout d’une consommation modérée d’alcool, reposant principalement sur des produits de qualité comme le vin.

Pour ces raisons, j’ai soutenu la promotion de la consommation modérée et responsable des vins et j’ai voté contre les amendements sur l’étiquetage.