Les socialistes et démocrates au Parlement européen se félicitent de la mise en place d’un Fonds européenne d’aide aux plus démunis, proposée aujourd’hui par la Commission européenne.

« Une fois n’est pas coutume, nous avons une bonne nouvelle à annoncer aux citoyens frappés de plein fouet par la crise », a déclaré le porte-parole du groupe S&D sur les affaires sociales, Alejandro Cercas.

« Ce nouvel instrument permettra de lutter contre l’exclusion sociale. L’Europe montre aujourd’hui qu’elle n’exige pas seulement des sacrifices mais qu’elle est aussi capable de faire preuve de solidarité vis-à-vis des plus démunis »,  a-t-il ajouté.

« A un moment où près du quart de la population de l’Union européenne est menacé de pauvreté, l’Europe a besoin d’un tel outil pour bâtir un véritable pilier social aux côtés de ses fondements économique et monétaire », déclare Pervenche Berès, Présidente de la Commission de l’emploi et des affaires sociales du Parlement européen.

Le Fonds européen d’aide aux plus démunis proposé par la Commission européenne n’est pas exclusivement dédié à l’aide alimentaire. Il interviendra également sur les problèmes de privation matérielle, de pauvreté infantile et de sans-abrisme.

« Je soutiens l’idée de mieux armer l’Europe face à la crise sociale. Mais l’ouverture de nouveaux fronts ne doit pas se faire au détriment des banques alimentaires et de toutes les organisations qui mènent un travail indispensable, alors même que les cas de malnutrition sont de plus en plus fréquents », souligne la socialiste française.

Les eurodéputés examineront le texte dans les meilleurs délais parallèlement aux négociations sur les perspectives financières de l’Union européenne pour la période 2014-2020.

Ce dispositif s’inscrit dans la lignée du programme européen d’aide alimentaire aux plus démunis qui nourrit 18 millions d’Européens, et dont l’avenir était menacé depuis qu’un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne en avait contesté la base juridique.