Communiqué de presse d’Eric Andrieu – 14/01/2016

Dans le cadre d’un colloque sur les « filières animales et la perspective d’un accord de libre-échange » entre l’Union Européenne et les USA, qui se tenait à Paris en présence de la Commission européenne et de représentants des filières Françaises et Américaines, Eric Andrieu est revenu sur le rapport américain selon lequel le secteur agricole européen serait le grand perdant de cet accord.

Bruxelles – Pour le Vice-President de la Commission de l’Agriculture du Parlement européen « ce rapport ne peut que nous inquiéter. On est dans un rapport de 1 à 5 favorable aux américains, et ce, au détriment des agriculteurs européens, selon les experts américains. »

Pour l’eurodéputé du Sud-Ouest : « À force de libéraliser au niveau international et de déréguler au niveau européen on met en danger le devenir des millions d’agriculteurs et la sécurité alimentaire des consommateurs européens. »

Toujours selon Eric Andrieu : « Il est temps de sortir d’une approche libérale et linéaire de la Commission européenne, la seule exportation ne peut régler tous les problèmes. »

En tout état de cause « le TTIP doit être un accord global et équilibré dans lequel l’agriculture ne doit pas être la variable d’ajustement, » insiste-t-il, « car le problème agricole renvoie à un choix sociétal ! À quelle société aspirons-nous? Quelle agriculture voulons-nous? « . Le Parlement européen aura un de point de vue et un rôle prépondérant à jouer dans les prochains mois. Dans tous les cas, pour le député socialiste membre de la commission du Commerce International : « Il n’y aura pas d’accord sur le TTIP avant la fin de la mandature Obama ».

Éric Andrieu a en effet rappelé à la Commission européenne présente que « dans tous les cas de figures, si un accord devait aboutir, il devra être approuvé et ratifié favorablement par le Conseil, par les États-membres puis par le Parlement Européen ayant la possibilité de le rejeter par un véto et validé enfin par l’ensemble des parlements nationaux. »