Nous voulons devenir le premier continent sans carbone d’ici à 2050, le premier continent en matière de développement durable et être innovant en matière de protection de l’environnement. Ce sont des objectifs ambitieux mais on ne peut pas exiger moins si on veut donner un avenir viable aux générations futures.

Je me battrai, à vos côtés, pour que, tous ensemble, nous arrivions à ces objectifs.

Je voudrais partager avec vous 3 points d’inquiétude

Le premier c’est le budget. En Europe, la Cour des comptes européenne estime à 1.115 milliards d’euros par an la facture liée à la transition environnementale, la Commission en prévoit 1000 aussi mais en 10 ans. Pour permettre cette transition, il faut s’en donner les moyens.

Le second, c’est la question de cohérence. On ne peut pas d’un côté se battre pour l’environnement et de l’autre signer des accords commerciaux complétement fous avec des régions du bout du monde, en augmentant par exemple les importations bœufs américains, faire faire 10.000 km à des viandes alors que le marché européen est saturé est une aberration environnementale.

Enfin, il est primordial de traiter profondément la question sociale. Ecologie et social sont liés, ne serait-ce que par les bouleversements que ce changement de modèle économique va impliquer.

Merci d’avance pour vos réponses