À l’invitation de Chambre d’Agriculture de Lozère, du Conseil Départemental et de l’Association d’appui au programme de Développement Rural de la Lozère, Eric Andrieu est intervenu, aux côtés de Sophie Pantel, Présidente du Conseil Départemental, sur l’Europe et l’avenir de l’agriculture, notamment en territoire de montagne.

La Lozère, département rural par excellence, fut un des premiers territoires à expérimenter les programmes intégrés de développement rural (PDI) et les premières mesures agri environnementales il y a 35 ans. C’est dire combien ce département hyper rural est attentif aux ajustements des mesures mises en œuvre par les PAC successives.

Trois groupes de travail ont traité de sujets aussi transversaux que : la PAC et le pastoralisme ; le réchauffement climatique et l’autonomie des exploitations ; attractivité et le développement local.

Sujets qui s’inscrivent parfaitement dans la thématique du rapport d’initiative sur la PAC et l’Emploi de l’Eurodéputé qui prône pour une bien meilleure prise en compte des nouveaux défis de l’agriculture : Alimentaires, Environnementaux, Climatiques et Territoriaux.

Pour Eric ANDRIEU, « les éléments qui ont structurés la PAC depuis plus de 50 ans ne sont plus adaptés, et le concept de libre échange appliqué à l’agriculture nous conduit dans une impasse. Ce modèle n’est plus durable. Il continue à détruire de nombreux emplois, en particulier sur les territoires les plus fragiles, notamment dans les zones de montagne » a souligné l’eurodéputé.