J’ai voté en faveur du rapport sur la Turquie qui doit aujourd’hui revoir sa position concernant les droits de l’homme, de la démocratie et des libertés fondamentales. Le rapport revient sur ce contexte géopolitique complexe dans lequel se trouve aujourd’hui la Turquie. Le groupe S&D appelle à une utilisation transparente et respectueuse du droit de l’aide financière européenne en Turquie, dans le respect des valeurs défendues par l’Union européenne. Par ailleurs, le respect des droits de l’Homme doit demeurer un préalable à tout approfondissement des relations, qu’elles soient politiques ou commerciales, de l’UE avec ce pays. En effet, chaque jour, le Gouvernement de M. Erdoğan bafoue la démocratie. Dans le contexte de l’état d’urgence, M. Erdoğan se livre à une véritable chasse aux sorcières : universitaires, maires, recteurs d’université, politiciens de l’opposition et journalistes sont qualifiés de « terroristes ». Des dizaines de milliers de fonctionnaires ont été licenciés et 50 000 personnes ont été emprisonnées. Ces violations flagrantes des normes démocratiques ne peuvent pas rester sans conséquences sur les négociations en cours.