Cet après-midi se tient, au Parlement européen, le débat sur la compatibilité entre l’accord de libre-échange actuel UE-Mercosur et la proposition de la Commission pour un nouveau pacte vert pour l’Europe.  Je tenais à vous faire part de ma réaction sur la tenue de ce débat, de l’hypocrisie de certains eurodéputés et du non-sens que constitue cet accord commercial avec l’Amérique du sud.

 

——————————————-

« Chers collègues,

Je salue la tenue d’un tel débat, enfin certains s’interrogent sur l’incompatibilité d’accords commerciaux avec la lutte pour l’environnement.

Mais quelle hypocrisie. Il y a 3 semaines, vous votiez, chers collègues à une majorité pour une augmentation presque triplée du boeuf américain en Europe. Pour voter positivement à cela, il fallait bien peu se soucier de la question environnementale, sans parler des conséquences sur l’emploi européen.

Chers collègues, je voudrais également vous rappeler l’étude d’impact de l’accord Mercosur qui ne laisse guère de doutes quant à la catastrophe agricole qui s’annonce si rien ne change :

– 0,4 % des emplois agricoles européens directs et indirects seraient menacés, soit 33 000 emplois par an

– une balance européenne du commerce extérieur agricole déficitaire de 5,2 milliards d’euros vis-à-vis du Mercosur

– un revenu agricole moyen pour les agriculteurs européens en baisse de 1,6 % en raison d’une baisse des prix

Dans toutes les cas de figure, cet accord UE/Mercosur fera exploser le nombre d’importations de viandes en provenance d’Amérique du sud.

La production européenne s’en trouverait durement affectée. C’est d’autant plus difficile à accepter que le marché européen est déjà saturé, sans parler du fait que les standards de qualité européens sont nettement plus élevés chez nous que n’importe où ailleurs dans le monde, y compris l’Amérique du sud, il ne s’agit donc ni plus ni moins que de dumping dont il est question.

Alors faire venir du bout du monde ce que nous avons déjà chez nous, et dans le même temps me dire qu’on se bat pour l’environnement, c’est lamentable et complètement fou.

Et lorsqu’il faudra voter contre l’accord, on verra qui seront les eurodéputés et les gouvernements qui se soucient vraiment de la planète ».